Dernier jour sur Camaguey

Bien entendu, après cette virée nocture, on émerge tranquillement vers 11h00 et on se décide à aller voir le musée provincial d’Ignacio Agromonte. Ce musée est un omnimusée: on y trouve une aile sciences naturelles et un étage dédié aux beaux arts allant du milieu du siècle précédent à des artistes contemporains . Voici quelques noms des artistes que l’on peut y retrouver: Roberto Fabelo ; Agustin Guadalupe Bejanaro CaballeroEduardo AbelaLeopoldo Romanach Guillen. En dehors des toiles, quelques pièces de vies sont recrées, intactes. Tout y est : dentelles, vaisselles et meubles, trace d’une vie bourgeoisie de la fin du XIXe siècle.
En sortant, nous nous retrouvons nez à nez dans le couloir central du musée avec une opération de conservation. Ils chassent les hirondelles. Les oiseaux s’enfilent en rase motte dans le couloir, décrivant de courtes boucles, des piqués effrénés. Un employé, juché sur son échelle, attrape les nids et les confie à son acolyte qui les posent au sol et et isole les oisillons dans une boite en carton, sous la supervision du conservateur. Certains oisillons sont si petits, que leurs yeux sont recouverts de leurs paupières encore closes et les plumes engoncées dans leur gaine claire. Je m’accroupie, attendrie.  Je m’inquiète de leur avenir. Les employés sourient et me répondent qu’ils vont les nourrir et les donner à qui de droit pour s’en occuper… Bref, ils rassurent la touriste, mais je crains que ce soit le cadet de leur soucis. Certains sont tellement petits que je ne crois pas qu’ils puissent vivre très longtemps hors des plumes parentales. Inquiétude toute occidentale… Je me rassure en me disant que la mode est aux pigeonniers et autres volières sur les toits, alors peut être que…
Quelques courses en ville: ravitaillement en eau et de nos estomacs avec une excellente pizza aux oignons et fromages et une petite glace, connexion avec le monde extérieur, contact de la prochaine casa à Santiago. Nous revenons à la maison, Elodie discute avec notre hôte tandis que je joue à la pâte à modeler avec Carlos, son aîné (de 3 ans ?). Nous préparons notre départ, horaire de bus, rdv avec touk touk pour nous amener à la gare routière, bouclage des sacs. Demain, nous décollons à l’aube!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s